Accueil > Animations autour de Seix > Photographie au Château de Seix

Photographie au Château de Seix

Photographie au Château de Seix, Centre d'Interprétation du Patrimoine du Couserans

Expositions photographiques Laisse béton et Les fées de la vallées ont volé mon âme d’Arnaud Chochon, Saisons noires de Julien Coquentin, Circulations de Delphine Tambourindeguy et Béatriz Aisa

 « Laisse béton » Arnaud Chochon
Dans le Couserans, le « vert » est omniprésent. Quand je suis arrivé en avril la végétation explosait après l’hiver. C’est justement parce que ce territoire est sans doute l’une des régions les moins bétonnées de France que je mets en lumière dans ce travail photographique l’utilisation massive de ce matériau de construction depuis les années 50. Le contraste est plus important ici que dans une région urbanisée.

« Les fées de la vallée ont volé mon âme » Arnaud Chochon
Territoire montagneux, sans accès direct à l’Espagne et non desservi directement par l’autoroute et le train, le Couserans est relativement enclavé par rapport à ses territoires voisins du Commingeois et du Pays de Foix. Pendant longtemps, ce territoire a été confronté à un exode rural marqué. La baisse de la population s’est poursuivie jusqu’à la fin des années 90. Cependant entre 1999 et 2010, l’attractivité y est forte. Le retournement de tendance est lié exclusivement à l’apport migratoire qui compense désormais largement un déficit naturel persistant.

Mon travail porte sur ces nouveaux arrivants ; qui sont-ils ? Pourquoi sont-ils arrivés sur ce territoire ? S’investissent-ils dans la vie locale ? Ont-ils été bien accueillis ? Que vont-ils laisser sur le mode de pensée et de vivre des générations futures Couserannaises ?

« Saisons noires » Julien Coquentin
J’ignore le moment où cette série a précisément commencé. Sans doute pas à la première photo. Je crois que tout ceci remonte à bien plus loin, au-delà de ma propre mémoire.
Ce sont des images qui se bousculent : un curé revêtu d’une longue cape noire, marchant dans la neige au cœur d’une forêt, tenant en équilibre sur ses épaules une chambre photographique. Ce sont encore des images de gamins dévalant des prés, un morceau de bois sur lequel ont été cloués quelques insectes, des sauts de l’ange dans un déversoir et un tiroir qui chute. Ce tiroir, échappé d’une petite table de chevet que je déménageais en décembre 2013, libérait ainsi ce qu’il dissimulait : Une facture de bistrot et une prescription médicale, datées toutes deux de 1947, une poignée de coton, une photographie sur laquelle figurait ma mère, enfin du papier destiné à l’entretien de verres optiques.
Cette table de nuit fait partie de ces meubles auxquels je suis attaché et dans laquelle par mégarde, ma grand-mère maternelle, morte en 2008, avait laissé s’échapper ces quelques éléments, dissimulés depuis 60 ans. Le plus troublant dans cette découverte n’a pas été les papiers, ni la photographie d’ailleurs, mais bien plutôt cette chose si précieuse, enfermée là durant toutes ces années… confinement délicat : son odeur.
La bourre de coton contenait son odeur.
J’ai gardé précieusement l’ensemble afin de le montrer à sa fille, ma mère, avant de glisser à nouveau chaque élément derrière le tiroir, au cœur de ce double fond presque inaccessible, là où demeure circonscrite l’odeur de ma grand-mère.
Mes saisons noires sont celles de l’enfance, saisons plongées dans l’obscurité, que le temps chaque jour recouvre davantage. Le territoire photographié est une campagne française où j’ai grandi, et dont les paysages, semblables à cette table de chevet, dissimulent ma mémoire, toutes les odeurs et les goûts qui progressivement m’ont constitué, les sensations, la vie éprouvée, saison après saison.

« Circulation » Delphine Tambourindeguy & Béatriz Aisa
Elles ont réalisé un itinéraire transfrontalier de création entre le château de Seix, l’Espacio Pirineos de Graus en Aragon et la ferme-musée Igartubeiti à Ezkio, au Pays basque espagnol, proposant dans chaque édifice une projection/surimpression du plan des autres monuments du réseau, pour mêler et faire coopérer aussi les architectures...
Cette expérimentation a donné lieu à « Circulations », présentée au château dans le cadre du Zoom photo 2020.

chateau.seix@couserans-pyrenees.fr

 

Une photographie de chaques artistes

Informations pratiques

Genre : Exposition
Public : Tout public
Tarifs : Adulte 2€, Enfant (de 5 à 15 ans) 1€, Pass’ famille 5€
Début de l'évenement : 04/07/2020 à 14h30
Fin de l'évenement : 30/08/2020 à 19h00

Organisé par 388
Site Internet :
Email :
Téléphone :


Lieu : 1 - Seix
Latitude :
Longitude :

Localisation

Votre avis

comments powered by Disqus
ÉvÈnements par mois
  • Mois de Janvier
  • Mois de Février
  • Mois de Mars
  • Mois d'Avril
  • Mois de Mai
  • Mois de Juin
  • Mois de Juillet
  • Mois d'Août
  • Mois de Septembre
  • Mois d'Octobre
  • Mois de Novembre
  • Mois de Décembre
  • ÉvÈnements par types
  • Marché
  • Animations locales
  • Vide grenier
  • Actualités

    Vous avez dit « Plantes de sorcières » ? le 22-08-2020

    Balade au Puech
    Lieu: Seix

    Sculpture sur talc le 24-07-2019

    Stage découverte enfant
    Lieu: Montseron

    Marché Extraordinaire de Soueix le 12-08-2020

    Marché nocturne, balade botanique, animation enfant, ...
    Lieu: Soueix-Rogalle

    Les plantes médicinales et cosmétiques le 16-06-2019

    Les plantes médicinales et cosmétiques
    Lieu: Boussenac

    Les Divaskets le 31-08-2019

    Back to the future
    Lieu: Tourtouse